Quelles actions la France pourrait-elle entreprendre concernant l’abattage des animaux sans étourdissement ?

Sénat-hémicycle2Les vidéos de l’association L214 Éthique et Animaux, autant que l’engagement d’associations comme la Société protectrice des animaux (SPA), l’ont prouvé à plusieurs reprises : les règlementations, qu’elles soient nationales ou européennes, existent, et encadrent très clairement la pratique de l’abattage, rituel ou non, pourtant, dans certains abattoirs, elles sont quotidiennement bafouées.

Pour s’assurer qu’elles soient respectées, il semble aujourd’hui nécessaire de mettre en place des moyens de surveillance et d’inspection rapide des installations existantes. De même, il faudrait rapidement mener des enquêtes aléatoires dans la majorité des abattoirs, afin de vérifier que le matériel utilisé est adapté et les salariés formés.

Retrouvez mon intervention auprès du Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt en cliquant ici. Continuer la lecture de « Quelles actions la France pourrait-elle entreprendre concernant l’abattage des animaux sans étourdissement ? »

Inauguration d’une Maison de Service Au Public à Couiza

MSAP 2Il y a quelques jours, j’ai eu le plaisir de participer à l’inauguration de la nouvelle MSAP (Maison des Services au Publics) de Couiza.

Parallèlement à ma mission de parlementaire, je suis également Présidente de la CDPPT (commission départementale de présence postale territoriale) de l’Aude dont l’objectif est d’améliorer l’accès aux services publics postaux sur tout le territoire. Dans ce cadre, nous nous engageons aux côtés des collectivités territoriales (Mairies, Département) et des services de l’Etat (CAF, CPAM, Pôle emploi) afin de mutualiser l’accès aux services publics et faciliter les démarches des usagers même dans les territoires les plus reculés.
.
.
MSAP 1
Après plusieurs inaugurations pilotées par le Département de l’Aude depuis le début de l’année 2016, c’était au tour de La Poste d’héberger une nouvelle MSAP sur la commune de Couiza (da
ns le Département 8 des 14 MSAP programmés seront hébergées par La Poste). En présence de Mme Sylvie SIFFERMANN, sous-préfète de Limoux, j’ai souhaité rappeler mon attachement à ce que les services publics assurent un fonctionnement conforme aux attentes de nos concitoyens.
Cette MSAP est l’une des réponses concrètes que les pouvoirs publics peuvent apporter aux problématiques posées dans le monde rural. Le souci manifeste de proximité et de qualité trouvera j’en suis certaine un grand écho auprès des habitants de la Haute-Vallée de l’Aude.

Statut des coiffeurs : Mobilisation conjointe avec Jean-Paul DUPRE, Député de l’Aude

JaimeMonCoiffeur5_carreSuite à notre rencontre avec les représentants des coiffeurs le 5 février dernier, nous avions souhaité poser, à l’Assemblée nationale puis au Sénat, une question écrite au Gouvernement, relative à leurs inquiétudes sur l’annonce par le Ministre de l’Economie d’une baisse des exigences de qualification du métier de coiffeur. Ces deux interventions demandaient au Gouvernement d’examiner avec attention leurs préoccupations, de prendre en compte les exigences requises pour l’exercice de ce métier, et de nous faire part de ses intentions en la matière.

Malgré nos alertes et la mobilisation des coiffeurs, cette mesure se retrouve désormais dans le projet de loi relatif à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique. Désormais, pour les activités professionnelles qui ne présentent pas de risque pour la santé et la sécurité des personnes, l’exigence d’une qualification ne sera plus exigée. En bref, exercer comme coiffeur ne nécessitera plus d’avoir de diplôme.

Continuer la lecture de « Statut des coiffeurs : Mobilisation conjointe avec Jean-Paul DUPRE, Député de l’Aude »

Organisation et coût de la collecte des matières bovines à risque spécifique : il faut intervenir !

Sénat-hémicycle2Conscientes des problèmes rencontrés par les établissements de boucherie concernant l’organisation et le coût de la collecte des colonnes vertébrales des bovins de plus de trente mois, j’ai souhaité interroger Stéphane Le Foll pour savoir s’il entendait intervenir rapidement auprès des équarrisseurs afin qu’ils assurent la collecte des matières à risque spécifique (MRS) dans des délais plus brefs, d’autre part, s’il compte faire en sorte que les coûts d’enlèvement des MRS soient totalement ou en partie pris en charge par l’État, et sous quelles conditions.

Retrouvez l’intégralité de ma question écrite en cliquant ici. Continuer la lecture de « Organisation et coût de la collecte des matières bovines à risque spécifique : il faut intervenir ! »

Classe de Caunes-Minervois : la mobilisation a payé !

En février dernier, un comité technique spécial de l’Education Nationale avait annoncé la fermeture prochaine d’une classe de l’école élémentaire de Caunes-Minervois. Cette décision avait suscité l’émoi des acteurs locaux : équipe pédagogique, équipe municipale et habitants.

Alertée par M. ADIVEZE, Maire de la commune, j’avais immédiatement saisi la Ministre de l’Éducation nationale afin qu’elle procède à un examen attentif de la situation, et que les annonces du Comité technique spécial de l’Education nationale puissent évoluer favorablement.

Sur le fond, je lui avais exprimé mon profond désaccord au regard des récents efforts de la commune et de l’équipe pédagogique en faveur de l’environnement de travail des élèves. Sur la méthode, Je lui avais formulé mon étonnement et lui avais fait part de ma volonté de redonner tout son sens au triptyque parents/professeurs/élus afin que les décisions importantes pour nos territoires soient prises en concertation avec les acteurs qui y vivent.

J’ai le plaisir d’apprendre ce jour – par la Ministre de l’Education Nationale – que cette fermeture de classe n’aura pas lieu. Je me réjouis et suis fière que la mobilisation des élus, parents d’élèves et équipes scolaires ait, une fois de plus porté ses fruits.

Les infirmiers anesthésistes ont tout mon soutien

infirmiers anesthésistesLe 22 mars dernier, les infirmiers anesthésistes étaient en grève. A Carcassonne, la grève a atteint 100% d’entre eux. Ils demandent en effet une meilleure reconnaissance de leur profession.

Un précieux travail est engagé avec eux depuis 2012, qui a vu revaloriser leur formation. C’est aujourd’hui leur rémunération qu’il faut reconnaître. La grille statutaire des infirmiers anesthésistes a évolué à deux reprises, en 2012 et en 2015. Pour aller plus loin, indépendamment de la revalorisation du point d’indice de la fonction publique, il est indispensable de faire aboutir le travail qui a été engagé par le ministère depuis 2012 sur l’évolution de l’exercice du métier. Il faut ainsi qu’une responsabilité d’exercice supplémentaire puisse justifier une évolution indiciaire. Des pistes de réflexion sont en cours, discutées de concert avec les médecins anesthésistes et les médecins urgentistes.

J’ai donc demandé à la Ministre de la Santé de nous indiquer quelles pistes de réflexion étaient envisagées pour apporter les évolutions demandées par les infirmiers anesthésistes diplômés d’État, et quel sera le calendrier de cette reconnaissance financière.

Retrouvez le contenu de ma question écrite en cliquant sur ce lien.

Fonds de compensation des communes à une baisse de la fiscalité imposée et étendue : il y a urgence !

taxe copyDans le département de l’Aude, et en particulier dans la ville de Lézignan-Corbières, l’abattement de 30 % sur la base d’imposition à la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) aux 1 500 quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) a concerné près de 173 logements du patrimoine d’Habitat Audois.

La somme économisée par Habitat Audois grâce à cet abattement et qui a donc vocation à être réinvestie dans le patrimoine concerné est d’environ 50 000 euros par an. Ce système vertueux connaît pourtant une difficulté : Cet abattement est compensé par l’État (en application du code général des impôts) dans les anciennes zones urbaines sensibles, qui sont devenues des quartiers éligibles à la politique de la ville. Mais il n’est à ce jour par compensé par l’État dans les quartiers nouvellement éligibles aux contrats de ville, ce qui est le cas de la ville de Lézignan-Corbières.

Ceci conduit à des dépenses nouvelles, pour cette commune et pour celles dans une situation identique, et à la réduction drastique de ses ressources fiscales sur le territoire concerné.

Cette situation n’est pas tenable : j’ai donc interrogé le Secrétaire d’Etat au Budget pour lui demander si l’État entend créer une dotation de compensation spécifique à l’extension de l’abattement de 30 % de TFPB aux 1 500 quartiers prioritaires de la politique de la ville.
Continuer la lecture de « Fonds de compensation des communes à une baisse de la fiscalité imposée et étendue : il y a urgence ! »