La CAED auditionne Rémy Rioux, directeur de l’Agence française pour le Développement

Le 31 octobre dernier, je suis intervenue en Commission des Affaires étrangères lors de l’audition de Rémy Rioux, directeur de l’Agence française pour le Développement (AFD). 

L’occasion, pour moi, de l’interroger sur un dossier sensible. Continuer la lecture de « La CAED auditionne Rémy Rioux, directeur de l’Agence française pour le Développement »

Situation humanitaire en Afrique de l’Ouest : la CAED auditionne la Croix-Rouge


Le 27 juin dernier, la Commission des Affaires étrangères du Sénat recevait Patrick Youssef, directeur régional adjoint pour l’Afrique du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Entré au CICR en 2005, M. Youssef a effectué des missions au Soudan, au Tchad, en Irak et à Guantanamo. De 2010 à 2013, il a été chef adjoint des opérations pour le Proche et le Moyen-Orient. Il a également dirigé la délégation du CICR en Irak pendant plus de deux ans. Depuis janvier 2016, M. Youssef est directeur régional adjoint pour l’Afrique et il gère à ce titre les opérations du CICR au Maghreb, dans la région du Sahel, dans le bassin du lac Tchad et en Afrique de l’Ouest.
Continuer la lecture de « Situation humanitaire en Afrique de l’Ouest : la CAED auditionne la Croix-Rouge »

J’interroge Jean-Yves le Drian sur la position française sur l’accord nucléaire iranien suite au retrait des États-Unis


En commission des affaires étrangères, nous avons auditionné Jean-Yves le Drian, Ministre de l’Europe et des affaires étrangères. Il est venu faire un point de situation sur l’Europe face aux crises : commerce international, migrants et dissémination nucléaire. Le premier semestre 2018 a en effet été très riche concernant les liens entre l’Europe et les affaires internationales.
Continuer la lecture de « J’interroge Jean-Yves le Drian sur la position française sur l’accord nucléaire iranien suite au retrait des États-Unis »

Situation en Libye : quelle analyse de la situation et du processus de réconciliation peut-on faire ?

Le 6 juin dernier, la Commission des Affaires étrangères du Sénat a auditionné Frédéric Desagneaux, envoyé spécial pour la Libye au ministère de l’Europe et des affaires étrangères, sur la situation au Libye. Retrouvez l’intégralité de cette audition en cliquant ici.

La situation intérieure en Libye demeure chaotique. Depuis la révolution de 2011 qui a renversé le régime autoritaire de Kadhafi, la plus grande confusion règne dans sa gouvernance : deux assemblées parlementaires, issues de deux élections successives, l’une à Tobrouk, l’une à Tripoli se disputent le pouvoir et le gouvernement d’entente nationale, issu des accords de Skhirat en 2015, soutenu par la communauté internationale et dirigé par M. Al-Sarraj n’a pas été investi et ne peut exercer pleinement sa souveraineté. Dans l’est du pays, le Maréchal Haftar a réussi à fédérer des forces armées pour prendre progressivement le contrôle de la Cyrénaïque, avec le soutien militaire de l’Égypte et des Émirats arabes unis, et y assure une certaine stabilité. Dans de nombreuses villes et parties du territoire, à l’Ouest et au Sud, le pouvoir est tenu par des milices locales. Continuer la lecture de « Situation en Libye : quelle analyse de la situation et du processus de réconciliation peut-on faire ? »

Les nouvelles routes de la soie : simple label économique ou nouvel ordre mondial ?

Le 28 mai dernier, avec mon collègue le sénateur Pascal Allizard, je présentais notre rapport sur  les nouvelles routes de la soie : simple label économique ou nouvel ordre mondial ?

Que sont les nouvelles routes de la soie, mises en oeuvre, à l’initiative du Président chinois, Xi Jinping, depuis 2013 ?

Ces nouvelles infrastructures – routes, chemin de fer, ports, aéroports, réseaux de fibre optique, câbles sous-marins, réseaux électriques, réseaux de transports d’énergie, etc. – sont organisées autour d’un axe terrestre traversant l’Europe centrale, l’Asie centrale, la Russie, le Caucase, mais aussi la Turquie, l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan et d’un axe maritime reliant la Chine à l’Afrique orientale et à la Corne de l’Afrique. Les nouvelles routes de la soie s’étendent désormais vers l’Amérique latine et la zone arctique et concernent de nouveaux secteurs, en particulier le domaine spatial et le domaine numérique.

Bien davantage qu’un réseau d’infrastructures, vecteur de croissance mondiale, ces routes constituent un instrument de développement intérieur et extérieur de la Chine et une déclinaison d’une vision géopolitique chinoise, c’est-à-dire d’une politique de puissance dans un cadre géographique déterminé.

La France doit prendre part à cette initiative, dans un positionnement aussi lucide que dynamique. Ce rapport affirme la nécessité de créer les conditions d’un équilibre satisfaisant dans les relations entre la Chine, la France et l’Europe. Il convient de poser les bases d’un partenariat commercial fondé sur la réciprocité de l’ouverture des marchés, le respect de la concurrence, de la transparence et de la propriété intellectuelle, et un partenariat stratégique basé sur la coopération multilatérale et cartellisée. Continuer la lecture de « Les nouvelles routes de la soie : simple label économique ou nouvel ordre mondial ? »

Loi de Programmation Militaire : répondre aux inquiétudes des anciens combattants

L’article 32 du projet de loi de programmation militaire organise le transfert du contentieux des pensions d’invalidité des juridictions spéciales aux juridictions administratives. De nombreuses associations ont saisi les parlementaires pour leur faire part de leurs inquiétudes. Au cours de l’examen de ce texte par le Sénat, je me suis fortement mobilisée sur cette question. Continuer la lecture de « Loi de Programmation Militaire : répondre aux inquiétudes des anciens combattants »

Pour un dialogue stratégique avec le Conseil de la Fédération de Russie

 

 

 

 

 

 

Le 28 mars, nous avons présenté en Commission des Affaires étrangères du Sénat la contribution de notre commission au rapport conjoint que nous avons engagé avec la commission homologue du Conseil de la Fédération de Russie. Vous pouvez retrouver l’intégralité du texte en cliquant ici.

Le Sénat tenait en effet à rappeler son attachement, malgré les difficultés, à un dialogue constructif et exigeant entre la Russie, la France et l’Europe, dans l’intérêt de nos pays.

À l’heure où l’actualité avive les tensions (soupçons de cyberattaques et d’ingérences dans les processus électoraux des démocraties occidentales, empoisonnements sur le sol britannique), le Sénat français veut croire que ce dialogue mérite d’être poursuivi et propose quatre pistes pour avancer. Continuer la lecture de « Pour un dialogue stratégique avec le Conseil de la Fédération de Russie »

Conséquences de la suppression de la réserve parlementaire sur le réseau culturel extérieur de la France

Lors de l’audition de Pierre Vimont, ambassadeur de France, par la Commission des Affaires étrangères du Sénat, le 14 mars dernier, j’ai pu évoquer les conséquences dommageables de la suppression de la réserve parlementait sur les initiatives locales du réseau culturel extérieur de la France.

La réserve parlementaire constituait un outil majeur de soutien des initiatives locales, notamment des projets de nos compatriotes de l’étranger. Lors du débat budgétaire, M. le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, a indiqué qu’afin de compenser sa suppression, le Gouvernement avait fait adopter un amendement visant à abonder le fonds pour le développement de la vie associative de 25 millions d’euros, dont 2 millions d’euros affectés au programme 151 du ministère des affaires étrangères, à destination des associations installées à l’étranger. L’attribution de ces fonds sera décidée par des représentants de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) et des parlementaires, sur le modèle des commissions pour le versement des aides sociales. Il ajoutait que la décision finale reviendrait au ministère des affaires étrangères, avec instruction décentralisée exercée par les conseils consulaires, l’AFE et les parlementaires représentant les Français de l’étranger.

J’ai donc demandé à Monsieur Vimont si cette procédure d’attribution avait été mise en place et si elle satisfait le tissu associatif concerné.