La Commission d’enquête sur les ingérences étrangères auditionne le ministre de l’Intérieur.

Lors de l’audition du ministre de l’Intérieur hier par la Commission d’enquête sur les ingérences étrangères, j’ai tenu à l’interpeller sur la question de la sensibilisation des élus et du jeune public à ce risque. J’avais déposé trois amendements en ce sens lors de l’examen de la proposition de loi sur ce thème la semaine dernière.

Continuer la lecture de « La Commission d’enquête sur les ingérences étrangères auditionne le ministre de l’Intérieur. »

Proposition de loi sur les ingérences étrangères : bilan de son examen par le Sénat

Mercredi 22 mai dernier s’est tenu au Sénat l’examen de la proposition de loi visant à lutter contre les ingérences étrangères. Cette proposition de loi a pour ambition de contrôler les activités d’influence étrangère et de lutter contre les risques d’ingérence étrangère en France. Elle prévoit notamment la mise en place d’un répertoire numérique des représentants d’intérêts agissant pour le compte d’un mandant étranger, ainsi que la possibilité de procéder au gel des fonds et des ressources économiques des personnes se livrant à des actes d’ingérence.

Continuer la lecture de « Proposition de loi sur les ingérences étrangères : bilan de son examen par le Sénat »

Où en est-on de l’influence française à travers les Instituts et les Alliances françaises en République démocratique du Congo ?

Lors de l’audition par la Commission des Affaires étrangères de Pierre Jacquemot, diplomate qui a été ambassadeur de France au Kenya, au Ghana et, précisément, en RDC, chef de coopération dans plusieurs pays d’Afrique et conseiller économique du président Abdou Diouf au Sénégal, j’ai souhaité l’interroger sur l’influence française à travers les Instituts français et les Alliances françaises. Où en est-on à cet égard ?

Continuer la lecture de « Où en est-on de l’influence française à travers les Instituts et les Alliances françaises en République démocratique du Congo ? »

Les démocraties face à la guerre de l’information : nous auditionnons David Colon, chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po.

David Colon, chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po, vient de publier un ouvrage remarqué sur la guerre de l’information. Dans son dernier livre, il considère que c’est une véritable guerre informationnelle qui a commencé. Il affirme même qu’ « une menace mortelle » pèse sur les démocraties.

Depuis une dizaine d’années maintenant, on observe des actions de déstabilisation menées par des structures étatiques et non étatiques dans les grandes démocraties. En France on peut citer le piratage des systèmes informatiques de TV5 Monde en 2015, la création de médias proposant des contenus « alternatifs » comme Russia Today, qui a joué un rôle dans la crise des gilets jaunes, des soutiens financiers apportés à des mouvements politiques qui reprennent à leur compte l’argumentaire des États autoritaires… En Afrique, nous voyons l’utilisation désormais systématique de la désinformation par les grands acteurs extérieurs au continent. Aux États-Unis ce sont les élections qui ont été perturbées par des piratages de boîtes mail. Ce phénomène a été constaté en France également, lors des élections présidentielles.

Les indices étaient là devant nous, mais nous avons sans doute collectivement tardé à prendre conscience des véritables stratégies mises en oeuvre. Comment les États autoritaires en sont-ils venus à développer ces stratégies ? Quels sont leurs contours et leur efficacité ? Comment s’en prémunir ? Et comment répliquer, sans renoncer à notre tour aux libertés démocratiques ?

La Commission des Affaires étrangères a souhaité auditionner David Colon. Je l’ai l’interrogé sur l’ampleur de l’appareil désinformationnel de la Russie dans le conflit actuel au Proche Orient.

Continuer la lecture de « Les démocraties face à la guerre de l’information : nous auditionnons David Colon, chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po. »

Poursuivre et amplifier l’effort entrepris sous la précédente loi de programmation militaire : notre avis sur les crédits 2024 du programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense »

Le projet de loi de finances 2024 inscrit 2,2 Mds€ en autorisations d’engagement (+209 M€) et 1,97 Md€ en crédits de paiement (+ 61 M€) au titre du programme 144 «Environnement et prospective de la politique de défense ».

rapport-budgetaire-P144

Je suis désormais vice-présidente de la Délégation Parlementaire au Renseignement !

Réunie le 26 octobre 2023, la délégation parlementaire au renseignement (DPR) a procédé au  renouvellement de son bureau pour la session parlementaire 2023-2024. Aux cotés du président Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, j’ai été désignée vice-présidente.

La Délégation parlementaire au Renseignement a pour mission de contrôler l’action du Gouvernement en matière de renseignement et d’évaluer la politique publique en ce domaine. Ses travaux sont couverts par le secret de la défense nationale.

La nouvelle politique de défense allemande : l’OTAN, la France et le fonds de défense européenne.

La commission des affaires étrangères auditionnait ce mercredi Élie Tenenbaum, et Léo Péria-Peigné, respectivement directeur et chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI), suite à leur rapport relatif à l’armée allemande intitulé « Zeitenwende : La Bundeswehr face au changement d’ère ». Une étude très interessante, et l’occasion de leur demander des nouvelles de la dynamique franco-allemande. La France n’a pas joué le jeu de l’OTAN comme l’ont fait l’Allemagne et la Pologne. Mais elle n’a pas renié l’OTAN pour autant. Cet entre-deux a des conséquences très dommageables, et pas seulement pour la dynamique franco-allemande. La seule façon, pour la France, de reprendre le lead en matière de défense européenne, est-ce de devenir le pilier européen de l’OTAN ? Qu’est ce que cela raconte de l’autonomie stratégique de l’Europe ? D’ailleurs quel est le montant de la participation de l’Allemagne au Fonds de défense européen?